PALESTINE – POLITIC – CONFLICT – STREET – LIGHT

Palestine

Urgence Gaza

Les bombardements continus sur la bande de Gaza ont provoqué le déplacement massif de la population de Gaza, forcée de partir du jour au lendemain, pour ensuite se déplacer vers des endroits tout aussi peu sûrs. L'aide humanitaire, en grande partie bloquée aux portes de Gaza, n'est pas suffisante pour couvrir les besoins essentiels de la population. Les conditions alimentaires et les conditions d'hygiène sont alarmantes. Plus de 30'000 personnes ont été tuées dans les bombardements dont la majorité sont des femmes et des enfants. 

Cette guerre a touché plus de deux millions de personnes, soit l’ensemble de la population de Gaza. Nombre d’entre elles garderont des séquelles à vie, tant physiques que psychologiques. La grande majorité d’entre elles, y compris les enfants, sont profondément traumatisées.

La Fondation Surgir se jopint à l'appel  à un cessez-le-feu immédiat.

Depuis janvier 2024, nous soutenons notre partenaire  SAWA dans la mise en place d'un programme d'urgence pour les populations de Gaza et de Cisjordanie. Nous avons décuplé les moyens de la ligne d'urgence téléphonique pour répondre à ces trois besoins fondamentaux :

-          Donner de l’information. Une des manières de considérer la santé mentale dans les urgences humanitaires est de rendre l’information la plus accessible possible. Le stress généré par la guerre, les destructions et les pertes sont extrêmement difficiles à gérer pour les populations. Dans ces périodes d’urgence, il est très difficile d’avoir accès à des informations fiables et à savoir comment et où chercher de l’aide. En période d’urgence et de guerre, les conseiller·e·s de la ligne donnent des informations sur les abris, les distributions humanitaires, etc. La ligne d’écoute est souvent utilisée de cette façon pour les appelant·e·s lors des périodes de conflit. SAWA participe à la coordination humanitaire et particulièrement au Cluster protection dont elle est membre. En participant activement à la coordination humanitaire, SAWA a accès à l’information et est capable de communiquer des informations fiables à travers sa ligne téléphonique.

-          Donner du soutien psychologique en urgence et en post-urgence. Les volontaires de la ligne sont formé·e·s à l’écoute active, à donner des conseils pour faire face aux stress intenses, aux crises d’angoisse, à la perte, au deuil. En appelant la ligne d’écoute, les personnes trouvent une oreille attentive, non jugeante, où iels peuvent rester anonymes et parler aussi longtemps qu’iels le souhaitent. De nombreux parents appellent pour savoir comment mieux accompagner leurs enfants dans ces épreuves.

-          Référer les personnes vers les services compétents. La ligne d’écoute téléphonique est une porte d’entrée à la gestion des cas de protection particulièrement : les cas de violences de genre, les cas concernant la protection de l’enfance, les cas concernant des besoins liés au handicap et les cas d’urgences psychologiques ou psychiatrique (suicides ; maladies psychiatriques, urgences psychiatriques). Grâce à la mise en place d’une plateforme en ligne de gestion des cas de protection avec 6  partenaires dans toute la Palestine, les cas sont référés rapidement et en respectant les critères de confidentialité. Dans cette période d'urgence, le référencement et l'orientationsont effectués seulement en Cisjordanie.

 

Programme dans les écoles de Cisjordanie (2020-2023) 

 
En Palestine, le pouvoir reste largement concentré aux mains des hommes. En 2022, le taux d’activité salariée était de 19% pour les femmes et de 71% pour les hommes, la moitié des femmes étant payées en-dessous du salaire minimum. Politiquement, femmes n’occupaient que 12% du conseil de ministres en 2021, dirigeaient 1% des conseils locaux, et ne constituaient que 1% des conseils d’administration des chambres du commerce, de l’industrie et de l’agriculture. En 2022 elles ne représentaient que 19% des juges, et 18% des procureurs.

Le conflit avec Israël aggrave ces inégalités, les restrictions de mouvements isolant les femmes et les confinant dans leurs foyers. La dévastation de l’économie palestinienne induit une augmentation du travail des enfants, qui s’élève en 2020 à 10% pour les filles de 5 à 14 ans, et 5% pour les garçons.

Le mariage précoce est assez répandu, l’épouse ayant moins de 18 ans lors d’un mariage sur cinq.
Selon l’Unicef, 89% des enfants sont victimes de violences psychologiques et 74% de violences physiques dans leur famille. A l’école, les violences psychologiques, physiques et sexuelles sont également très fréquentes de la part des équipes éducatives ou entre les enfants et adolescents.

Le programme

Dans un premier temps, l’organisation palestinienne SAWA, avec l’aide de la fondation Surgir, a mis en place une ligne téléphonique d’urgence et d’accompagnement pour les personnes victimes de violences sexuelles, mais souvent sollicitée pour d'autres problèmes, tels que les angoisses et traumatismes liés à la guerre. Ensuite, SAWA et Surgir ont lancé un programme de sensibilisation dans les écoles, avec des ateliers destinés aux élèves, aux parents et aux enseignants. Ces ateliers forment les participant·e·s sur des aspects tels que :

•             Les droits de l’enfant et les politiques de protection de l’enfance

•             La communication avec les enfants, les techniques de communication non-violente et de gestion de la colère

•             Les différentes formes de violences basées sur le genre (y compris le cyberharcèlement)  

•             Les signes d’exploitations sexuelles et d’abus chez les enfants et les adolescents

•             Les réactions appropriées aux cas de violences et les services disponibles auxquels se référer.

Ce programme a été un tel succès que SAWA a vu ses moyens dépassés par le nombre de demandes des institutions scolaires.

Résultats

La ligne téléphonique a reçu plus de 50'000 appels en trois ans. Les appels sont souvent motivés par plusieurs problèmes à la fois.
60% de ces appels concernaient des violences psychologiques
20% évoquaient également des problèmes de santé physique
20% mentionnaient la cyber-violence
20% concernaient la violence de l'occupation israélienne

Trois quart des idéations de suicide étaient exprimées par des femmes ou des jeunes filles.

En une année, environ 70 enseignants, 100 parents et 650 élèves sont sensibilisés aux violences sexuelles. Parfois, les discussions libres qui ont lieu dans ces ateliers révèlent des situations qui avaient été tues jusque-là, et menant à des dénonciations et des mesures punitives.
Des podcasts sont également produits pour sensibiliser le grand public à ces thématiques. Tout cela contribue à la visibilité de la ligne de soutien téléphonique, qui en est d'autant plus sollicitée.  

SURGIR

Avenue Louis-Ruchonnet 3,
1003 Lausanne Suisse

Téléphone: 0041 21 311 27 31

Surgir © 2021 - Mentions Légales - réalisé par Rachel Demumieux